Safer Internet Day

Demain, mardi 7 février, nous célébrons la journée mondiale des usages responsables d’Internet. Elle sera relayée tout au long du mois de février partout dans le monde.
Connue sous le nom de Safer Internet Day, en France c’est la Délégation aux usages de l’Internet qui pilote ce programme, porté sur le terrain notamment par le programme Internet Sans Crainte.

Cette année, l’association La Clé des Champs de Florentin (81) qui intervient sur les temps périscolaires et extrascolaires de 3 communes du Tarn (Lagrave, Marssac et Florentin), a souhaité proposer à ses enfants un atelier de sensibilisation dans le cadre de cette journée mondiale. Au CLAE de Marssac, une trentaine d’élèves de CE2, CM1 et CM2 vont assister à cet atelier proposé par l’organisme IN – Information Numérique, en partenariat avec l’association Digitarn.
IN – Information Numérique est une entité spécialisée dans les formations et les ateliers autour des environnements web et de ses usages, avec un expérience auprès du jeune public et du secteur éducatif. L’association Digitarn œuvre pour une médiation auprès du grand public autour des technologies du numérique.
Ces différents acteurs se sont réunis pour que cette journée puisse contribuer au développement d’un groupe d’enfants dans leur apprentissage et leur compréhension d’un monde qui est le leur,… en toute sécurité.

Safer Internet Day : http://www.saferinternet.fr/
Internet sans crainte : http://www.internetsanscrainte.fr/le-projet/safer-internet-day-2017-presentation
IN – Information Numérique : http://www.in-formation-numerique.net/usages.html
Association Digitarn : http://www.digitarn.fr

Publicités

« Jouer avec les mots », ou comment les outils numériques peuvent nous aider à appréhender la connaissance (2e partie)

Le 31 mai dernier, nous avons publié la première partie de cet article autour de l’emploi d’outils numériques pour travailler sur la manipulation et l’acquisition de connaissances.

A ce moment là, l’atelier, réalisé auprès d’enfants de CE1 et CE2, était en cours, et une première partie de l’atelier avait terminé : la réalisation de nuages de mots à partir de fables de La Fontaine.

La deuxième partie de cet atelier était entamée, en train de se faire. Et voilà qu’aujourd’hui tout est arrivé à son terme. En ce deuxième volet, les enfants ont appris et expérimenté la logique de compréhension et de présentation de connaissances à l’aide de cartes mentales.

Nous exprimions quelques doutes après les premières approches sur le sujet : est-ce que des enfants de ces âges-là peuvent apprendre ce type de démarche, qui implique un certain niveau de complexité et de structuration ?

Nous pouvons dire aujourd’hui que oui.

Après les avoir initiés à cette approche organisationnelle par la classification des animaux et les métaphores de l’arbre et de l’arbre généalogique, les enfants ont choisi eux-mêmes, par petits groupes, un thème à traiter : la musique, le sport, l’informatique, les grandes étapes de l’histoire. Sur un tableur, ils ont listé (de manière non exhaustive) des mots appartenant à ce thème, en vrac. Puis ils les ont regroupés par grandes catégories. Chaque catégorie avait une couleur, et ils ont colorié chaque mot trouvé avec la couleur de sa catégorie d’appartenance. Les catégories se regroupaient à leur tour sous le thème global. Une fois les regroupement réalisés, le canevas pour la réalisation de la carte était établi ; pour reprendre l’analogie avec l’arbre généalogique, nous avions le grand-parent, les parents et les enfants.

Carte mentale réalisée par un groupe d'enfants.
Carte mentale réalisée par un groupe d’enfants

Cette nouvelle approche a confirmé leur compréhension de cette manière de structurer la connaissance, de la hiérarchisation, les regroupements, les liens logiques,…

Il est probable que certains de ces enfants reprennent cette démarche, à leur propre initiative, dans le futur, pour travailler individuellement, préparer leurs cours, réviser, résumer, préparer un exposé, comprendre un thème,…

Les résultats de cet atelier sont visibles ici : http://fr.slideshare.net/CRodriM/atelier-numrique-jouer-avec-les-mots

6 heures pour apprendre le code, réaliser et publier un site web

En début d’année, nous avons réalisé un site web avec des enfants de CM1-CM2 (9-10 ans). On l’a fait avec le code directement : html et css. Les enfants ne le connaissaient pas du tout et ça leur a permis de le découvrir et se familiariser.

La tâche avait sa petite dose d’ambition : il fallait avoir un résultat final (le site en ligne) après uniquement 6 séances hebdomadaires de 1 heure.

C’était un groupe de 12 enfants, et ils se sont répartis en 5 petits groupes de 2-4 enfants. Chaque groupe devait réaliser une page web, qu’on a rassemblé ensuite en un site commun. Ils ont choisi librement le thème de leur page, et la thématique globale du site a été donc « Ce que j’aime ».

Les étapes :

  • recherche d’images et de contenus (textes, citations) / initiation aux questions de droits d’auteur
  • réalisation à la maison de quelques contenus (dessins, textes)
  • apprentissage des différentes balises : titre, texte, image, lien,…
  • formatage des images
  • écriture du code / visualisation en local au fur et à mesure
  • rassemblement des pages en un unique site
  • publication

Les principales difficultés rencontrées résident surtout dans l’extrême rigueur nécessaire à l’écriture du code.

Le travail en petits groupes a permis de rassembler et compenser les différents niveaux de motivation et de compréhension ; ça a permis également de resserrer les liens personnels grâce au choix d’un thème commun, à l’élaboration commune du projet et au résultat final qui est concret et publié pour le regard de tous : « je vais le faire voir à ma tante en Australie ».

Evidemment, j’ai appuyé le travail de fond : écriture de lignes de code (notamment lorsque les images étaient nombreuses), formatage d’images, écriture de la page mentions, réalisation de la page d’accueil et du titre, préparation préalable des fichiers et dossiers.

Les enfants sont repartis, non seulement avec un site sous les bras, mais également avec un vécu de confrontation aux outils fondamentaux de l’ordinateur et du web : utilisation du clavier et de la souris, manipulation de fichiers et dossiers, actions de type copier-copier-glisser-couper, traitement d’images, connaissance des coulisses du web, …

Les niveaux de motivation ont été très divers, du début à la fin, mais l’expérience acquise et le résultat final obtenu, personnel et haut en couleurs, pose une brique supplémentaire dans la construction de leur savoir et de leur estime de soi.

Pour voir le site : http://cequejaimeleplus.hebergratuit.net/